15 août… quelques jours de repos à la montagne, légers et souriants… des familles, de la joie et des cris, de la musique et des humains qui dansent; un feu d’artifice assourdissant… et à quelques centaines de kilomètres d’ici, dans le silence de la salle de travail d’une petite maternité, le bruit fracassant des larmes d’une jeune maman qui donne naissance à son enfant morte…

Et ce 15 août fêté partout avec bruit; l’assomption, jour si symbolique, puisque celui où Marie, « mère de toutes les mères », symbole de toutes les mères, est accueillie, après un parcours bien humain,  « corps et âme au ciel »… Connaît-on mère plus fidèle, plus aimante… et plus  désespérée aussi,  impuissante devant le long martyr de son enfant ?…

15 août… puis le 17, la petite Cassandra baisse les armes devant la maladie… et  le 27 ne sera t-il pas l’anniversaire de la mort de la petite Léa ?… décidément , le mois d’août est celui des anges?…

Des vies minuscules, brisées par la maladie et la douleur, baignées de la peine et du déchirement de leurs parents… Notre pensée humaine, logique et déductive trouve ici ses limites, menaçant de lâcher son cortège d’absurde et de désespérance..  Alors comment ne pas farouchement chercher un sens à ces petites vies éphémères et souffrantes, celles qui déambulent avant de s’éteindre, fugaces, dans les couloirs d’un hôpital; à celles qui avortent avant même leur premier souffle? comment « comprendre » avec le cœur et dans ses tripes,  que le ventre puisse être un jour habité par un enfant qui ne naîtra jamais?…

« Il est venu au monde et je l’ai perdu avant même de le rencontrer », s’est lamentée cette femme.Je n’ai pas su lui répondre, à cette époque, ce que j’ai découvert depuis et que je sais aujourd’hui.

Que certains bébés, certains enfants se « donnent la liberté » d’apparaître, de seulement apparaître dans la vie, pour insuffler l’envie à l’un de leurs parents de naître enfin ou d’accéder à plus de vie dans leur existence.

« Certains enfants sont de passage pour montrer à l’un ou à l’autre de leurs géniteurs un chemin, pour témoigner d’un choix de vie à faire.

Certains enfants, par leur mort subite, invitent… leurs parents à oser un changement qu’ils n’avaient pu envisager jusqu’alors. Certains enfants ont ce pouvoir de dire, par leur présence furtive et fugitive et leur disparition brutale : « Ose ta vie, toi seul la vivras. »

Nous pouvons ainsi écouter et entendre le message secret envoyé par ces enfants dont la présence éphémère nous blesse à jamais si nous restons sourds à leur message d’espoir et d’amour ». — Jacques Salomé

… ce ne sont que quelques questions qui explosent et s’envolent avec les feux de couleurs qui allument le ciel étoilé… quelques pensées en hommage aux anges du 15 août et à leur parents…

                                                                                                                                                                                                                                                                     A Béatrice…
15 août…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest